Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Article du 8 /10/2013 - 20 Minutes - Les facs s'activent contre l'échec

Rentrée Différents dispositifs ont été mis en place pour réduire le décrochage universitaire

ALyon comme ailleurs, la rentrée universitaire est placée sous le signe de la réussite. Un défi important lorsque l'on sait que trois étudiants sur dix abandonnent la fac à la fin de la première année. Pour lutter contre le décrochage, chaque université lyonnaise a mis en œuvre son propre plan de bataille…

Les bacheliers pros et technologiques encadrés à Lyon-I. «Même si nous avons que 30 bacheliers professionnels en licence, c'est 30 élèves qui vont se planter», estime Philippe Lalle, le vice-président de Lyon-I chargé de la Formation. Face à ce constat, l'université des sciences et de la santé a mis en place une année facultative de remise à niveau et de réorientation destinée à ces nouveaux arrivants. La plupart d'entre eux poursuivront ensuite leurs études en BTS. Cette année, 30 bacheliers technologiques «fragiles» bénéficieront aussi d'une année de remise à niveau en maths, bio et physique. Des cours censés leur permettre d'être plus à l'aise par la suite en licence ou première année de santé.

Un semestre « rebond » à Lyon-II. Pour favoriser la réussite des nouveaux arrivants issus de bacs pros et technologiques, Lyon-II mise sur les parrainages. Pendant le 1er semestre, ces étudiants sont aidés par des élèves en licence 3 ou master de la même filière. Un semestre «rebond» est aussi proposé aux jeunes qui ont abandonné la fac entre septembre et janvier. «Au second semestre, ces étudiants s'engagent dans un contrat pédagogique à mi-chemin entre la remise à niveau et la réorientation. Après un bilan pédagogique, ils choisissent de poursuivre en licence, BTS ou IUT à la rentrée suivante», précise Nicolas Chaigneau, vice-président chargé de la Formation.

Des formations gratuites à Lyon-III. Depuis 2007, le Pôle universitaire de proximité de Lyon-III propose à tous les étudiants un module de formation facultatif et gratuit. Il ne s'agit pas de remise à niveau ou de cours de soutien. Mais plutôt d'un travail sur «la gestion du stress, la confiance en soi ou encore la prise de parole en public», explique Fabien Lafay, directeur du PUP, convaincu de l'effet de ces enseignements sur la réussite. En huit ans, 5 200 jeunes ont suivi ces modules, dont les résultats sont encourageants. «En 1re année, les étudiants qui ont suivi un module ont un taux de réussite de 56 %, contre 30 % pour un élève lambda », indique le directeur.

Elisa Riberry

Retrouvez l'article en intégralité

Florianne

Auteur: Florianne

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


no attachment



À voir également

Article du MagEco de mars 2015 - Le mag pour vous et avec vous

Séminaire "Accompagner la transition Lycée/Enseignement supérieur" animé par le Pôle...

Lire la suite